Gestion des déchets

Section PS Paris 13e Ouest

Gestion des déchets : comment changer la donne à Paris et en Ile-de-France ?

Le traitement des 1,2 million de tonnes de déchets produit annuellement à Paris constitue un enjeu multiple et particulièrement important pour tous les habitants de la capitale et, au-delà, pour tous les Franciliens :

Enjeu environnemental d??abord :

La loi dite « Royal » de juillet 1992, ayant fixé un délai de dix ans pour la suppression des décharges traditionnelles et souvent incontrôlées, seuls les déchets « ultimes » peuvent être enfouis en centres de stockage. Plus récemment, faisant le constat que la France faisait la part trop belle à l??incinération des ordures ménagères, D. Voynet a retenu l??objectif de recyclage de 50 % des déchets.

Enjeu économique ensuite, qui tient entre autres, aux délégations de service public concédées par la Ville pour le ramassage des déchets, aux coûts de leur collecte et traitement qui sont répercutés sur le contribuable via la taxe d??enlèvement des ordures ménagères, aux montants des investissements nécessaires à l??avenir.

Enjeu démocratique et citoyen enfin, l??amélioration du traitement des déchets impliquant non seulement une adhésion des habitants à des pratiques plus contraignantes dans sa vie quotidienne mais aussi une plus grande transparence de la part des collectivités.

Sur tous ces sujets, force est de constater que la municipalité parisienne fait figure de très mauvais élève.

S??agissant de l??environnement, le SYCTOM (syndicat central de traitement des ordures ménagères) qui regroupe Paris et 89 autres communes de la petite couronne s??est fixé une norme de 15 % de déchets recyclés à l??horizon 2002 qui ne sera sans doute pas atteinte en raison du retard pris sur le tri sélectif.

Pour nombre d??observateurs, cet échec est principalement imputable à la politique de la municipalité parisienne qui se refuse à organiser la collecte sélective en se réfugiant derrière des difficultés techniques alors que, dans un habitat comparable, des communes de petite couronne l??ont mis en ?uvre avec succès. L??enjeu est d??importance, car ce qui menace les Parisiens et les Franciliens, c??est le maintien des décharges ou le choix du tout-incinération avec les risques qu??ils comportent. Faut-il par exemple accepter sans plus amples réflexions le plan SYCTOM qui prévoit la construction d??une nouvelle série d??incinérateurs, notamment à Vitry et Tremblay en France ?

L??enjeu économique ne peut être ignoré :

Au plan régional tout d??abord : les investissements programmés qui s??élèvent à plusieurs milliards de francs pour l??implantation des nouveaux incinérateurs sont-ils vraiment indispensables alors que la production des ordures ménagères semble stagner ? N??est-on pas en train de planifier une surcapacité d??incinération ?

Sur le plan plus parisien, il faut s??interroger sur la privatisation de la collecte des déchets qui concerne maintenant la moitié des ordures ménagères ramassées dans la capitale. Cette solution est-elle la moins coûteuse pour les Parisiens ? L??augmentation de 70 % en cinq ans de la taxe d??enlèvement des ordures ménagères est-elle inéluctable compte tenu du coût de la collecte ou doit-elle être considérée comme la conséquence de choix contestables ?

Démocratie participative et transparence :

Prévenir à la source la production de déchets, inciter les citoyens au tri sélectif sont devenus des impératifs dans la démarche d??une commune. Les Parisiens y sont prêts : une enquête menée sur la population du XIIIe arrondissement concernée par l??expérimentation du tri sélectif montre que 80 % d??entre eux étaient disposés à trier sélectivement leurs ordures. Or, la Ville-de-Paris reste inerte. N??est-il pas de sa responsabilité de lancer une vaste campagne d??information et de discuter avec les habitants et leurs syndics d??immeubles des problèmes rencontrés dans la mise en ?uvre du tri sélectif ? Ne doit-elle pas créer des emplois jeunes dans ce secteur d??activité, comme l??ont fait déjà de nombreuses communes d??Ile-de-France ?

Alors qu??un souci de transparence et de dialogue devrait animer la municipalité dans les résultats de sa gestion et de ses projets, on est loin du compte. La production d??un rapport annuel sur l??exploitation du service public d??élimination des déchets, comme la loi en fait obligation, la création, à l??initiative du maire, d??une commission locale parisienne d??information et de surveillance ouverte aux associations comme cela est possible depuis une décision récente de D. Vioynet, ne sont-elles pas indispensables ?

Tags:

Contactez la section PS Paris 13ème Ouest

Vous avez une question sur notre projet ? Vous voulez nous rejoindre, ou simplement vous informer ? Vous pouvez nous poser toutes vos questions ici !

En cours d’envoi

Abonnez-vous à la lettre d’information


Boîte à outils

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?